Baromètre EY de l'attractivité de la France en 2017

Baromètre EY de l'attractivité de la France en 2017

Télécharger le document

EY publie le baromètre de l'attractivité de la France sur l'année 2017, un baromètre qui confirme la reprise économique sur le territoire français.

L'attractivité de la France est plus importante que jamais

En dépit des soubresauts politiques qui continuent d’agiter l’Europe et la France en 2017, les investissements directs étrangers constituent l’un des moteurs persistants de l’économie française.

Selon l’Insee, plus de 20 000 entreprises, nées hors de France, y ont élu domicile et y emploient près de 1,8 million de personnes. Ce moteur représente 12 % de l’effectif salarié en France, 19 % du chiffre d’affaires de l’économie française et 30 % de ses exportations.

Selon la nouvelle édition du Baromètre EY, en 2016, les implantations et les extensions portées par ces entreprises étrangères ont apporté 779 projets et ajouté près de 17 000 emplois au site France, en augmentation de 30 % par rapport à 2015.

Les résultats de cette édition sont donc plus encourageants pour la France.

Ils montrent que notre pays a maintenant les cartes en main et peut se redresser après la période de recul qu’il a traversée pendant une décennie.

Il est certes aidé par la reprise européenne et une croissance plus décevante dans les pays émergents. Mais il le doit aussi à sa transformation numérique et à ses qualités entrepreneuriales désormais davantage reconnues.

Les signaux positifs ne doivent cependant pas faire oublier que la concurrence reste forte au sein de l’Europe.

La France doit et devra se battre pour continuer à attirer et retenir les investissements étrangers sur son sol.

Il lui faudra le faire en sachant s’adapter aux évolutions profondes requises par un contexte d’incertitudes et de volatilité mondiale sans précédent : Brexit, élection américaine, instabilité aux frontières de l’Europe, force des mouvements migratoires, mais aussi émergence de nouveaux modes de vie et de consommation.

Il lui faudra également le faire en ouvrant plus grand ses portes aux réformes que les dirigeants interrogés par EY appellent de leurs voeux.

Il est indispensable d’aller plus loin pour combler l’écart qui la sépare encore de l’Allemagne et du Royaume-Uni.

Ces deux pays restent des concurrents de premier plan que le Brexit ne suffira pas à affaiblir.

Plus de la moitié des dirigeants, par exemple, rappellent qu’il est impératif d’améliorer la compétitivité économique et fiscale des entreprises, mais aussi de simplifier et de flexibiliser leur environnement.

La mise en place d’un nouveau gouvernement, la transformation des programmes actuels en actes législatifs et administratifs, et l’ajustement des entreprises à ce nouveau contexte doivent contribuer à restaurer cette confiance essentielle aux investisseurs et à leurs investissements.

Pour transformer ce rebond de l’attractivité et le pérenniser, il faut plus que jamais transformer la France.

Retour aux ressources
  • Réseaux sociaux :